Manifeste Agile : Valeurs et Principes

Lorsque des développeurs se sont réunis en 2001, ils avaient pour objectif de révolutionner les processus de développement de logiciels.
Ensemble ils ont rédigé le Manifeste Agile qui regroupe les 4 grandes valeurs de l’agilité et ses 12 principes.

Dans cet article nous allons vous aider à interpréter ce qu’il faut retenir du Manifeste Agile et nous verrons comment l’appliquer dans votre entreprise.

Les 4 valeurs du Manifeste Agile 

“Nous découvrons comment mieux développer des logiciels par la pratique et en aidant les autres à le faire “ – Extrait du Manifeste Agile

Le Manifeste Agile définit la méthode à suivre grâce à 4 grandes valeurs :

Les individus et les interactions plus que les processus et les outils

Qui construit la valeur d’une entreprise, qui crée les produits ? Ce sont bien les équipes. Une entreprise avec des équipes passionnées sera une entreprise à succès. Encore plus si elle utilise de bons processus.

Dans une interview de 1995, Steve Jobs explique que lorsque les entreprises grossissent, elles essaient de reproduire leur succès en se reposant sur les processus.

Cependant, les processus ne sont pas magiques et ne remplacent pas le contenu. Des équipes engagées et passionnées sauront créer un produit de valeur et le contenu pour convaincre.

Des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive

Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que la documentation est essentielle. Pourtant, une équipe de développement devrait se concentrer sur la production de fonctionnalités et non sur la rédaction de documents.

Avec les méthodes de gestion de projet classiques, les chefs de projet peuvent passer des heures à mettre à jour des présentations ou des calendriers.

L’agilité permet d’avoir des modèles de documents, qui sont toujours les mêmes, qui se complètent rapidement avec l’essentiel des informations.

On trouvera deux sortes de documentation pour le développement Agile :

  • La documentation sur les exigences du produit telles que la vision produit, la roadmap, les besoins utilisateurs et les spécifications fonctionnelles.
  • Les spécifications techniques qui regroupent la documentation de type architecture (logicielle ou matérielle), les procédures d’installations etc.

La collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle

La culture Agile demande de placer les utilisateurs au centre du processus de création de produit.

Les intégrer à chaque itération, et donc à toutes les phases de développement, permet de récolter leurs retours. Les feedbacks sont un aspect essentiel de la construction de produits de valeur.

Avec les méthodes traditionnelles de gestion de projet, le moindre changement budgétaire, fonctionnel ou dans les délais, nécessite de revoir totalement le projet. Elles incitent à fortement négocier avec le client.

Avec l’agilté, il est facile de faire des modifications dans un produit. La collaboration est simplifiée.

L’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan

Les approches agiles de planification et de hiérarchisation permettent aux équipes produit de réagir rapidement au changement. La flexibilité des approches agiles augmente la stabilité du projet. En effet, le changement dans les produits agiles est prévisible.

Si de nouveaux événements adviennent, l’équipe produit intègre ces modifications dans les développements en cours.

Tout nouvel élément devient une possibilité d’apporter une valeur ajoutée au lieu d’un obstacle à éviter, donnant aux équipes de développement une plus grande chance de succès.

Les 12 principes du Manifeste Agile

En plus des quatre valeurs fondamentales, le Manifeste Agile décrit douze préceptes. Ils vont nous offrir des exemples concrets de la manière dont un produit Agile doit se construire.

Satisfaire le client en livrant rapidement et régulièrement des fonctionnalités à grande valeur ajoutée.

En raccourcissant le temps entre le cadrage et le début des développements, on raccourcit aussi le temps avant l’utilisation des fonctionnalités (Time to Market). Le fonctionnement en itérations permet de délivrer plus vite le produit aux utilisateurs.

Accueillir favorablement les demandes de changement même tard dans le développement du produit.

Pour le Manifeste Agile, le changement n’est pas négatif. Il est même positif. Il vaut mieux se tromper tôt et réparer ses erreurs rapidement que de se rendre compte trop tard que le chemin emprunté n’était pas le bon.

Livrer le plus souvent possible un logiciel opérationnel avec des cycles de quelques semaines, en privilégiant les délais les plus courts.

Si vous souhaitez adopter le Manifeste Agile, vous devrez abandonner certaines mauvaises habitudes telles que graver un diagramme de Gantt pour une durée d’un an sur le marbre.

Découper votre produit en petits morceaux et vos développements en itérations courtes de une à quatre semaines. À la fin de chaque itération, livrez les nouvelles fonctionnalités développées et testez-les.

Assurer une coopération permanente entre les parties prenantes et l’équipe produit.

Cela peut sembler difficile au premier abord. En effet, c’est comme si les deux parlaient deux langues différentes. Dans un sens, c’est le cas.

Mais l’agilité permet de construire une sorte de pont entre les deux parties, leur permettant de se comprendre. Les parties prenantes et l’équipe doivent s’entendre, échanger et travailler ensemble. Certains outils et “rituels” facilitent cette collaboration.

Réalisez les projets avec des personnes motivées. Fournissez-leur l’environnement et le soutien dont ils ont besoin et faites-leur confiance pour atteindre les objectifs fixés.

La confiance mutuelle est un point essentiel du Manifeste Agile. En d’autres termes, le management d’une équipe agile doit se baser sur la transparence. Le micro-management, ici, est à bannir.

Contrôler étroitement une équipe de développeurs ne va ni les engager, ni les motiver. Nous vous conseillons de les laisser faire ce qu’ils savent faire de mieux : bâtir.

L’agilité ne veut pas non plus dire aucun contrôle. Cela signifie qu’une équipe s’auto-organise. Dans une équipe agile, chacun a un rôle précis et le rôle de manager n’en fait pas partie. Il devra rester un peu à l’écart et s’appuyer sur les bons indicateurs et les résultats des itérations pour mesurer le succès.

La méthode la plus simple et la plus efficace pour transmettre de l’information est le dialogue en face à face.

La rédaction de documentation, les résumés de réunions, les présentations prennent du temps et diminuent la productivité d’une équipe Agile. Il n’y a rien de plus efficace que d’avoir une équipe travaillant sur le même produit dans un même espace de travail. Et ces espaces peuvent être virtuels et digitaux.

Les membres peuvent alors se poser directement les questions, obtenir les réponses dans la seconde. D’autant plus qu’en posant ses questions dans un open-space (même virtuel comme Slack, Jira, Trello…), sans même prêter attention, chaque membre aura conscience des problématiques que son voisin rencontre.

Un produit opérationnel est la principale mesure d’avancement (et de succès)

Vous ne mesurez pas les progrès en cochant les tâches et en vous déplaçant sur votre calendrier, mais par le taux d’utilisation des fonctionnalités par vos utilisateurs. L’objectif du produit n’est pas le processus, c’est sa valeur. Le processus est ce qui vous permet de l’atteindre.

Faire avancer le projet à un rythme soutenable et constant

La raison de découper un produit en petites zones opérationnelles est de garder vos équipes motivées.

Si vous travaillez sur un projet pendant une longue période, vos équipes rencontreront une lassitude. C’est inévitable.

Ne surchargez pas non plus l’équipe avec trop d’heures supplémentaires. Cela aura un impact sur la qualité de votre projet.

Porter une attention continue à l’excellence technique et à la conception

Que ce soit dans le code ou dans la méthodologie, la rigueur va favoriser la construction d’un produit de valeur. Assurez-vous de bien respecter le Manifeste Agile. N’hésitez pas à utiliser le Cadre Scrum pour vous aider à développer des produits complexes. La question de l’assurance qualité doit devenir centrale et maîtrisée par l’ensemble de l’équipe de bout en bout. Cela peut commencer par une bonne définition de ce qui est prêt à aller dans le sprint et de ce qui est terminé pour en sortir.

La simplicité – c’est-à-dire l’art de minimiser la quantité de travail inutile – est essentielle.

Si votre objectif est de fabriquer rapidement un produit fonctionnel, il faut veiller à ne pas se noyer sous les tâches complexes et inutiles. Gardez vos documentations simples, ne vous embarrassez pas de réunions parasites. 

Les meilleures architectures, spécifications et conceptions émergent des équipes auto-organisées

Le Manifeste Agile favorise la responsabilisation des équipes.
Je vous conseille de donner aux équipes l’autonomie d’agir de manière indépendante. Ils pourront alors prendre des décisions rapidement en cas d’imprévus.
En fait, ils peuvent tout faire avec une plus grande agilité parce que vous leur avez donné la confiance nécessaire pour agir.  Une équipe responsabilisée est une équipe qui fera de son mieux pour atteindre son objectif. 

Réfléchir aux moyens de devenir plus efficace à  intervalles réguliers

Ce dont vous avez besoin, c’est d’un groupe en constante évolution, constamment engagé et à la recherche de moyens d’améliorer la productivité.

En conclusion

Que vous travailliez en agile ou pas, les principes et valeurs du Manifeste Agile vous permettent d’enrichir votre boîte à outils pour gérer vos projets plus efficacement !
Vous sentez-vous prêts à les appliquer ? N’hésitez pas à nous dire en commentaire lequel est,  pour vous, le plus compliqué à mettre en place !

Egila dispense également des formations certifiantes autour de l’agilité, nottement sur SAFe. Consultez notre page de formation pour en savoir plus.

Allez plus loin dans l’agilité avec le Scrum Guide

D’autres articles :

Créez un débat :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *